Archives de la catégorie ‘Sorties

Priziac 2014, un grand cru.   Leave a comment


 

Priziac

 

Week-end de la Pentecôte, comme tous les ans, rendez-vous à Priziac. Au menu, potes, potionmagix, galettes-saucisses et petits bateaux kivonvite. Cette année, le temps était de la partie, bref une fois de plus que du bonheur.

La nav’ de nuit constituait l’année dernière une nouveauté fort appréciée. La chose s’est professionnalisée cette année, beaucoup de montages à base de leds directement alimentées par les accus de propulsion via branchement sur la prise d’équilibrage. On a vu naviguer pas mal de jolis sapins de Noël. Rire

Nuit_1Nuit_2

Nuit_3

A cette heure de la journée, il est important de remarquer que les bateaux n’étaient pas les seuls à être allumés… Quoiqu’il en soit, pas collisions violentes ni de grosse casse à déplorer, bravo aux pilotes !

Comme d’hab, les crédits photos reviennent à Jéjé, le reste de son album est ici : Album Jeje Priziac 2014

Pour le plaisir, une superbe vidéo concoctée par Guillaume aux commandes de son drone en fpv.

 

Priziac 2014 from Guillaume on Vimeo.

A l’année prochaine !

 

Priziac_2

Publié 8 juillet 2014 par pyoffshore dans Sorties

Sortie à Plessé, 22/02/2014   Leave a comment


Une petite sortie dominicale avec les copains, pas mal de nouveautés sur l’eau.

 

Publié 24 février 2014 par pyoffshore dans Sorties

Priziac 2013   Leave a comment


 

Retour au bout du monde, ou presque, pour LA rencontre annuelle de p’tits bateaux kivonvite. Une ambiance toujours au top, plein de bateaux, de potes, de potionmagix et de rigolade.

Une vue des stands le samedi midi.

Stands

Ca semble désert… Bêtement parce que tout le monde est autour de la marmite de potionmagix.

Apero_1

Faut admettre quand même que ce qu’il y a sur la table est plutôt appétissant.

Apero_2

Je ne vous parle même pas des galettes-saucisse qui ont suivi, tout simplement succulentes…

Bon, c’est vrai, on était pas là uniquement pour se goberger, on a aussi pas mal navigué. Conditions un peu difficiles, avec beaucoup de vent, mais grand pied quand même.

Une première cette année, la nav’ de nuit en électrique, qui a vite tourné à la bourre d’enfer. On s’est tellement marré que l’expérience va être renouvellée l’année prochaine, c’est certain, en paufinant un peu l’éclairage des bateaux, réalisé cette fois un peu à l’arrache. Grâce à Michel, qui n’avait pas abusé des bonnes choses, a contrario des excités qui se trouvent derrière les manches, une petite vidéo de la séance :

Nav de nuit Priziac 2013 par Py-offshore

 

Ps : j’ai “piqué” la vidéo sur la page Youtube de Michel, et uploadé sur ma page Dailymotion, je n’arrivais absolument pas à lier Youtube et ce blog…

Quelques petites photos, juste pour le plaisir.

Tout d’abord, mes bateaux à moi que j’ai.

 

Et ceux des autres. Photos de Jeje, qui a toujours le chic pour attraper au vol les situations “intéressantes”, merci à lui !

 

Bon, allez, si je vous dis que la seule chose qu’on attend tous, c’est Priziac 2014, ça vous étonne ? Rire

Publié 26 mai 2013 par pyoffshore dans Sorties

Sortie d’hiver à Plessé   2 comments


 

Une partie de la petite bande a profité du premier dimanche un peu ensoleillé depuis quelque mois pour aller se dégourdir les pouces. Hélas, pas mal de vent et un clapot casse bateau. Pas de regret, c’était quand même super sympa. A refaire vite !

 

Publié 18 février 2013 par pyoffshore dans Sorties

Championnat de France 2012, Acquigny   Leave a comment


 

Nous nous sommes retrouvés les 9 et 10 juin à Acquigny, charmante petite bourgade à quelques kilomètres au sud de Rouen, pour les championnats de France 2012. Une petite trentaine de compétiteurs, et 75 bateaux environs, dans 6 catégories (mono 1 et 2, hydro 1 et 2, éco, 400).

Nous avons été accueillis par la petite équipe du Flying Fish team (JD, Fred et Patrick), bien épaulés par l’AMNRC. Tout a été fait pour notre bien-être, l’organisation a été sans faille au prix d’un boulot énorme et exténuant. Bravo et merci à tous ceux qui ont payé de leur personne, vous avez donné à tout le monde l’envie de revenir. La preuve que tout était au top, l’ambiance, tellement détendue et sympa qu’on ne se serait jamais cru sur une compète.

Quelques petites photos :

Une vue générale des stands. Rien d’exceptionnel, des barnums “classiques”. En revanche, leur situation était totalement idéale, car ils étaient situés à moins de 10 mètres du plan d’eau, du comptage et de l’estrade de pilotage. Pas de retard dans les départs, à “portée de voix” des haut-parleurs du comptage, bref, une idée à retenir et à ré-appliquer.

Stand_general

L’estrade de pilotage :

La position surélevée permet d’avoir une très bonne vue sur le parcours. La protection contre le soleil normand s’est avérée extrêmement efficace pour protéger les pilotes de la pluie… Rire

Comptage

 

Les courses :

Plus ça va, plus le niveau est élevé. Ca va très vite, le pilotage est de plus en plus propre. L’augmentation des puissances disponibles liée aux capacités sans cesse croissante des lipos fait que les bateaux sont de plus en plus gros. Les monos 1 actuels font grosso modo la taille des monos 2 d’il y a quatre ans…

Ces gros bateaux sont plus stables, donc quelque part plus “faciles” à amener jusqu’à la fin de la manches sans se planter. En revanche, les accus ont toujours un temps de retard (ou alors les coques grandissent plus vite que ce que les accus progressent, au choix), et souffrent beaucoup. Lors d’une manche de mono1 qui s’est déroulée sur un plan d’eau d’huile, mon zippy 5800 tout neuf (c’était sa deuxième décharge) est sorti gonflé…Bon, vu que c’était la meilleure manche de mono 1 que j’ai jamais faite (26 tours, record perso !), je lui pardonne. Rire Il y a un vrai gros problème au niveau des accus, j’y reviendrai un peu plus tard.

Les oscars et les escarres :

Oscar d’or à l’ambiance et à l’accueil qui nous a été réservé, du barbecue du vendredi soir au départ le dimanche soir, ça n’a été que du bonheur.

Oscar d’argent à mes performances : ma meilleure manche jamais réalisée en mono1 (la preuve que si je m’entraînais un peu plus, je pourrais probablement bien piloter…), une quatrième place en hydro 1 avec mon moustique en balsa.

Escarre de bronze à la météo qui, entre le vent omniprésent et la pluie du dimanche après-midi, ne nous a pas gâté.

Escarre d’argent aux concurrents (par chance extrêmement peu nombreux) qui ont “marqué” le week end par leur attitude. L’un (et non des moindres) en quittant la compétition avec fracas après avoir été disqualifié sur une manche pour emploi d’accus ne respectant pas la limite de poids. Les autres pliant bagage en toute discrétion juste avant la remise des prix. Dans un cas comme dans l’autre, je trouve cela extrêmement incorrect, que ce soit vis à vis de l’organisation ou des autres participants.

Escarre d’or à “l’environnement Naviga”. Difficile d’être plus précis dans la formulation. Cela étant, nous nous trouvons en face d’un ensemble de facteurs qui finit par faire que la discipline ne recrute pas, n’arrive pas à éclore. Comment justifier qu’un championnat de France d’une discipline modéliste ne regroupe qu’une petite trentaine de participants ? Par comparaison, à l’époque où je suivais encore les disciplines aéro, il fallait passer par des phases de sélections régionales pour pouvoir, par exemple, participer au CF en électro 7, tellement le nombre de concurrents était important. Je n’ai pas de solution miracle, mais je pense que la réflexion mériterait d’être menée. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’a pas l’air de motiver grand monde…

Affaire à suivre.

Les accus

 

Ces “chers” accus, nerf de la guerre. Nous somme confrontés à un réel problème à ce niveau. Les bateaux sont de plus en plus gros, et les réglages utilisés en compète, visant à stabiliser les bateaux, leur font consommer encore un peu plus. On a maintenant du mal à finir les manches (de cinq ou six minutes en fonction des catégories) avec moins de 6.000 mAh. Le souci, c’est qu’il y a une limite de poids (280 g en mono et hydro 1, 560 en mono et hydro 2).

On se retrouve donc à courir partout pour trouver les plus gros accus possibles situés en dessous de cette limite. Les plus doués en sourcing sont bien entendu avantagés. A la limite, ça pourrait encore passer, nous sommes suffisamment peu nombreux et l’ambiance est suffisamment bonne pour que nous nous partagions les bon tuyaux. En revanche, on risque de connaître à mon avis  assez rapidement une dérive des plus regrettables. De gros gros accus sous la limite de poids sont par définition extrêmement fragiles. On a vu en Allemagne récemment des pilotes “sponsorisés” utiliser un accu neuf à chaque manche, et pour cause, l’accu en question était flingué à la fin de ladite manche…

Nos petits camarades du Nord ont trouvé récemment que les packs Turnigy Nanotech de 6.600 mAh en hardcase se situaient sous la fameuse limite de poids une fois le hardcase retiré. Avec 6.600 mAh, on a de quoi finir plus que largement les manches avec tout type de bateau. Qui plus est, ce sont des batteries estampillées 65C, ce qui peut laisser espérer qu’elles vieillissent bien (on peut même peut-être rêver de faire toute une saison avec ?).

Las, certains esprits chagrins (qui semblent ou veulent paraître bien informés) soutiennent que Naviga interdit ces accus, pour cause de chimie différente des lipos “classiques”. D’autres disent que Naviga n’a jamais rien dit à ce sujet. Bref, comme d’habitude, on est dans le flou le plus absolu, et radio moquette fait des ravages.

On se situe bien là dans le contexte que je mentionnais au paragraphe précédent, sous le vocable de “environnement Naviga”. Je  me vois bien allant expliquer à quelqu’un que, par prudence, il vaut mieux ne pas utiliser les seuls accus facilement accessibles sur le marché et susceptibles de bien vieillir, quitte à devoir acheter deux ou trois jeux d’accus pour la saison. Je suis certain d’avoir beaucoup de succès, et de recruter énormément de nouveaux concurrents avec ce discours…

On va trouver très probablement également des participants actuels qui vont finir par s’écoeurer du “phénomène accus”, et du budget y afférent, qui risque assez rapidement d’atteindre des proportions élyséennes.

Affaire toujours à suivre…

Publié 13 juin 2012 par pyoffshore dans Sorties

Priziac 2012   Leave a comment


Ensemble

Retour à Priziac après en avoir été privé l’année dernière. Plus de 40 modélistes et une foultitude de bateaux des plus petits (Gecko de 35 cms ) jusqu’au plus gros (Znetix de 2.70 m).

Une ambiance de folie, avec bonne humeur permanente, de la bonne bouffe (200 galettes saucisse), des litres et des litres (46 très exactement) de potionmagix pour soutenir le moral des troupes, et beaucoup beaucoup de navigation. Les derniers runs ont fini à 22h30 le samedi soir, et les premiers du dimanche matin ont eu lieu un peu avant 8h00…

Bref, je vais le dire encore une fois, si on est fan de petits bateaux kivonvite, Priziac est LA manif à ne pas rater.

Certains de mes petits camarades ont mitraillé tout le week end, voici des liens pour aller visualiser leurs oeuvres :

Album de Thierry

Album de Jérôme

Album de Guillaume

Album de Mathieu

Pour le plaisir, quelques photos de mes bateaux en action (merci Jéjé !)

Gecko_5Gecko_6

Pymax_1Pymax_2

Syncron_1

Une petite vidéo (merci Maxime !) d’un petit coup de saw en hydro, tôt le dimanche matin (un poil avant 8h, avec du brouillard à l’extérieur, mais également un peu dans la tête…) Malgré l’hélice de la mort qui tue, pas de perf. A améliorer !

Publié 29 mai 2012 par pyoffshore dans Sorties

TF de Cestas   Leave a comment


Mon deuxième TF de la saison s’est déroulé à Cestas, sur le plan d’eau du MYCA. Nous avons tous passé une superbe journée. Le plan d’eau est très beau, bien abrité, et très bien équipé (parcours à demeure, cabane en dur pour le comptage, ponton, club house…). L’équipe du MYCA est formidable, efficace, simple et terriblement sympathique. C’est tout simple, quand on y est accueilli, on a l’impression d’être à la maison.

En ce qui concerne les manches à proprement parler, quelques réflexions :

Mono 1 : ça va vite, très vite. On a vu plusieurs manches à 30 tours, et Sébastien nous a même gratifié d’une manche à 32… Ca laisse rêveur. Les bateaux au top (Etti Envoy Mk2) sont vraiment gros, très gros, et brassent beaucoup d’eau. Ca devient très très difficile de tenir dans leur sillage avec une « petite » coque. Pour ma part, je suis quand même bien satisfait de ce que j’ai fait, avec mon vieux, petit et fidèle Ozon. 24 et 25 tours sur les deux première manches (le matin) tant que le vent ne s’était pas encore levé trop fort. Après deux ans d’abstinence totale de compète, je suis content. Mais il va quand même falloir que je change de coque. Ca ne devrait pas trop tarder…:D

Hydro 1 : ca va bien vite aussi. J’ai ressorti le P’tit Pymax avec sa nouvelle motorisation. C’était sa deuxième participation à une compète, la première s’étant déroulée en 2010, à Cestas également. Nous n’étions hélas que deux concurrents dans cette catégorie. Malgré tout, nous nous sommes complètement éclaté. Après une première manche calamiteuse (je prends une gamelle, je n’ai toujours pas compris pourquoi), je fais 27 tours dans la deuxième manche, et je suis heureux, heureux, heu-reux. Deux fois « seulement » 24 tours l’après-midi, alors que le vent s’était levé et que ça commençait à devenir sportif. Bref, je suis heureux comme un pape. Mon p’tit truc en balsa ne peut certes pas totalement rivaliser avec des productions type Lindenau (Stef me mettait quand même 1 ou deux tours dans la vue à chaque fois), mais il atteint un niveau de performance que je n’aurais pas cru possible.

400 : pas grand chose à dire, le parcours était mouillé à l’endroit le plus exposé du plan d’eau, et avec le vent les courses étaient sans grand intérêt, ça sautait dans tous les sens. On a quand même bien rigolé.

Pour finir, quelques petites images :

La vidéo de la première manche d’hydro 1 de l’après-midi.

Les photos prises par Benjamin.

Publié 17 avril 2012 par pyoffshore dans Sorties

%d blogueurs aiment cette page :