Hydro scratch build, le retour, part II.   Leave a comment


Quelques jours plus tard, la bête est terminée.

 

Termine_1

 

Termine_2Termine_3

 

Petit point sur les échantillonnages de matériaux :

– les flancs du fuseau sont constitués de balsa de 3 mm. Ils sont fibrés intérieur/extérieur par une couche de tissu de 160 g/m² (stratification à l’époxy of course);

– les plaques fermant le dessus et le dessous du fuseau sont faites de deux couches de tissu 160g, une noire en surface, et une blanche “classique”. Le tissu noir (imitation carbone, juste pour le look), trouvé et acheté sur ebay, est une véritable horreur à travailler, à éviter.

– les patins sont en balsa. Quatre épaisseurs de 10 mm, plus une de ctp aéro 1 mm du côté intérieur, pour l’ancrage des patins. Il sont fibrés au 160 g/m².

– le tableau arrière est en ctp aéro 3 mm;

– le couple moteur et les dessous des patins sont en plaque carbone de 1.4 mm;

– le capot est moulé (moule en plâtre, aimablement prêté par Maxime, merci !) avec une couche de 50g/m² (pour la finition extérieure) et une couche de 160g/m² pour la solidité.

Tel que sur les photos, l’engin prêt à naviguer pèse 1 kg et cinq grammes. J’aurais bien aimé rester en dessous du kg, dommage. C’est faisable, en économisant du poids sur les patins (pas de grosse plaque carbone sur le dessous, évider l’intérieur des patins pour virer de la matière inutile). Je ne suis pas certain en revanche, que l’économie de poids ainsi réalisée serait décisive en termes de performances.

Pour en arriver là, il m’a fallu en gros une cinquantaine d’heures de travail (hors temps de séchage bien entendu). Ca fait quelques temps que je coupe du balsa et plonge les mains dans la colle (et c’est mon quatrième hydro balsa/fibre) , je vais donc forcément un peu plus vite que quelqu’un qui n’aurait pas l’habitude de ce genre d’exercice, mais le temps à passer n’est franchement pas délirant.

Qui plus est, le coût de l’engin est dérisoire. La cellule revient à grosso modo 50 burps (balsa, résine, tissu, colle). Bien sûr, attention, ce coût part du principe qu’on a du stock, les appros (notamment tissu et résine) se faisant en règle générale par quantités relativement importantes (un kg pour la résine par exemple), beaucoup trop grandes pour un seul bateau.

Au niveau du setup, on reste très classique : moteur Etti B29 4.960, contro Turnigy Marine 120, et Lipo 2S. Pour les premiers tests, hélice K37.5, qui sera vite remplacée par une métal en fonction des résultats.

A suivre très bientôt les premiers essais en navigation, et la publication du plan si lesdites navigations sont concluantes.

Publicités

Publié 30 août 2012 par pyoffshore dans Bateaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :